Vous êtes dans :

Ievoli Sun

Nom
Ievoli Sun
Date de l'accident
31/10/2000
Lieu
France
Zone du naufrage
A 45 milles nautiques au nord de l'Ile de Batz, Bretagne
Zone du déversement
Pleine mer
Cause de l'accident
Avarie
Produit transporté
1 027 t de Méthyl Éthyl Cétone, 996 t d'alcool isopropylique, 3 998 t de styrène et 160 t de fioul lourd (IFO 180), 40 t de diesel
Nature polluant
Méthyl Éthyl Cétone, alcool isopropylique, styrène, fioul lourd, diesel
Type de navire / structure
Chimiquier (à ballasts séparés)
Date de construction
1989
Lieu de construction
Esercizion Cantieri-Viareggio (Italie)
Longueur
115 m
Tirant d'eau
6,29 m
Pavillon
Italien
P&I Club
Standard Steamship Owners
Société de classification
RINA

L'accident

Le lundi 30 octobre 2000 à 4h30, le CROSS Corsen reçoit un appel de détresse d'un chimiquier battant pavillon italien, le Ievoli Sun. Il se trouve à 45 nautiques au nord de l'île de Batz, avec un équipage de 14 personnes. Il vient de Fawley (Royaume-Uni) et fait route vers Barcelone avec 6 000 tonnes de produits chimiques à bord.

Le capitaine signale une voie d'eau dans son double-fond, sur l'avant. Le préfet maritime de l'Atlantique envoie l'Abeille Flandre, prépositionnée à Ouessant, porter assistance au navire. Un Super Frelon et une équipe d'évaluation sont appelés pour intervenir. Sur zone à 8h05, ils constatent l'état grave du navire et procèdent à l'hélitreuillage de l'équipage. L'opération est achevée avec un plein succès à 9h20. A 12h00, le préfet maritime déclenche le plan POLMAR-mer.

L'Abeille Flandre arrive sur zone. Compte tenu des conditions météo-océaniques, le risque d'un échouement et d'une pollution majeure sur le littoral des Côtes d'Armor apparaît rapidement comme une évidence. Après analyse des options possibles, une équipe est hélitreuillée à bord du Ievoli Sun et passe une remorque à l'Abeille Flandre. Le remorquage commence à 17h15, route à 4 nœuds au Nord-Est, la seule possible compte tenu des conditions météorologiques et de la situation du navire.

Le 31 octobre, à 9h00, aux deux tiers du chemin vers l'abri du Cotentin, le Ievoli Sun sombre à 9 nautiques au nord des Casquets (12 d'Aurigny et 20 du cap de la Hague) par 70 m de fond.

 

Circonstances

En quelques heures, la situation a changé de mains. C'est maintenant le préfet maritime de la Manche et de la Mer du Nord qui prend la conduite des opérations côté français. Il sait, depuis le 30 octobre en fin de journée, que le navire a 160 tonnes de fioul lourd et 40 tonnes de diesel en soute et que sa cargaison se compose de 3 998 tonnes de styrène, de 1027 tonnes de Méthyl Ethyl Cétone (MEC) et de 996 tonnes d'Alcool Iso Propylique (IPA).

 Styrène

Quantité (tonnes)

3 998

 Propriétaire

Shell, Hollande

Provenance

Rotterdam, Pays-Bas

 Destination

Berre, France

 Méthyl Éthyl Cétone (MEC)

Quantité (tonnes)

1 027

 Propriétaire

Exxon, Royaume-Uni

Provenance

Fawley, Royaume-Uni

 Destination

Gênes, Italie

 Alcool isopropylique (IPA)

Quantité (tonnes)

996

 Propriétaire

Esso Chemical, Belgique

Provenance

Rotterdam, Pays-Bas

 Destination

Barcelone, Espagne

Compte tenu du risque potentiel de pollution atmosphérique généré par la présence de styrène dans la cargaison et de pollution de l'eau par le fioul de propulsion, des missions de surveillance aérienne et nautique sont immédiatement lancées à l'aide de navires et d'aéronefs français et britanniques. La circulation maritime est modifiée. Les premières observations ne laissent apparaître que quelques nappes.

 

Organisation des opérations

Le bateau a coulé dans les eaux internationales, à la limite entre les eaux françaises, britanniques et anglo-normandes. Immédiatement, dans le cadre du Manche Plan, les autorités anglaises envoient plusieurs représentants de la Maritime and Coastal Agency (MCA) à Cherbourg où le préfet maritime a activé son PC POLMAR. De son côté, le préfet de la Manche déclenche le plan POLMAR-Terre le mardi 31 octobre à 19h00. Il établit le PC POLMAR rassemblant l'ensemble des services à la préfecture de Saint-Lô.

La zone de défense Ouest, coordinateur POLMAR-Terre, a ouvert à son tour, le 1er novembre, une cellule Ievoli Sun dans son PC zonal de Rennes, toujours opérationnel sur la pollution de l'Erika.

Un dialogue approfondi, piloté par le Secrétaire Général de la Mer, est engagé entre les experts nationaux et ceux de l'armateur, quant aux solutions techniques de traitement du risque représenté par l'épave. Après accord des autorités anglaises et françaises, l'armateur et son P&I Club passent un contrat avec Smit Tak Co, le 10 avril 2001, en vue d'intervenir sur la cargaison du Ievoli Sun : le largage contrôlé dans la mer de la MEC et de l'IPA puis le pompage du styrène et enfin le pompage du fioul lourd. Le traitement de l'épave s'est terminée le 31 mai 2001.

La coopération internationale a très rapidement et très efficacement fonctionné lors de cet accident. Le Manche Plan a été mis en oeuvre avec les britanniques qui ont été étroitement associés à toutes les phases de l'opération. Le Neuwerk navire spécialisé allemand a été mobilisé dans le cadre de l'Accord de Bonn. Des échanges permanents d'information ont eu lieu avec la Commission Européenne. A l'initiative du gouvernement italien, 7 experts sont venus aider leurs homologues français dans le cadre de la Task Force d'intervention européenne.

 

Un an après l'Erika, l'accident du Ievoli Sun est là pour nous rappeler que les pollutions par hydrocarbures dues à des pétroliers ne sont pas les seuls dangers qui menacent nos côtes.
En terme de sécurité humaine, de pollution du milieu marin, les chimiquiers peuvent représenter un danger bien plus important, par les produits qu'ils transportent, sans oublier leur fioul de propulsion.

De plus, cet accident a montré une fois encore les limites des connaissances en matière :

  • de comportement des produits chimiques déversés dans l'eau de mer ou retenus dans les citernes d'un navire au fond ;
  • de leur impact potentiel sur la flore et la faune marines.

Dans ce cas encore les aspects environnementaux et économiques seront liés.

 

Dernière modification le 14/08/2020

Voir aussi

Bulletin d'information du Cedre N°21 : "Le traitement des épaves potentiellement polluantes"

Bulletin d'information du Cedre, N°15 : "Ievoli Sun : comportement des produits et contaminations d'espèces marines"

Bulletin d'information du Cedre, N°14 : "Naufrage du Ievoli Sun"

Conférence présentée par P. Pinlou à la journée d'information du Cedre, le 23 octobre 2001, Paris la Défense : "Erika - Ievoli Sun : d'un pétrolier à un chimiquier, quelles différences ?"

Conférence présentée par M. Vesseron à la journée d'information du Cedre, le 23 octobre 2001, Paris la Défense : "La réponse à un défi scientifique : fonctionnement d'une cellule nationale d'expertise - l'exemple du Ievoli Sun"

Conférence présentée par S. Le Floch à la journée d'information du Cedre, 18 mars 2008, Saint-Denis-La-Plaine : "Les accidents du Ievoli Sun, de l’Ece et du Napoli"

Méthyl Éthyl Cétone, Guide d'intervention chimique

Styrène, Guide d'intervention chimique

"2002. Archives du Ievoli Sun CD-Rom. Documentation des opérations de lutte. Archives de pollution". Contacter la documentation du Cedre pour plus d'informations.

Liens externes

Alcool isopropylique, Fiches internationales de sécurité chimique (ICSCs)

Méthyl Éthyl Cétone, Fiches internationales de sécurité chimique (ICSCs)

Styrène, Fiches internationales de sécurité chimique (ICSCs)

Rapport du BEAmer de 2001 : "Perte totale du navire chimiquier italien Ievoli Sun survenue en Manche le 30 octobre 2000 / Contribution à l'enquête"

LPO, Fiche accident et action de la LPO

Informations sur les caractéristiques du navire par la Société d'Archéologie et de Mémoire Maritime

Informations sur l'intervention de l'Ifremer

Ce site utilise des services tiers qui utilisent des cookies ou des technologies similaires, pour collecter des informations à des fins statistiques ou pour proposer du contenu en rapport avec vos centres d'intérêts.