You are at:

Gestion des bénévoles

Nous avons reçu de nombreuses demandes de bénévoles désirant offrir leurs services pour lutter contre la pollution du Prestige.
Pour obtenir des informations et des points de contact, vous pouvez consulter le "Message aux bénévoles" sur le site du Ministère de l’Écologie et du Développement Durable. Vous trouverez les recommandations sanitaires à respecter pour la participation aux opérations de dépollutions dans la circulaire du 6 janvier 2003 du ministère de la santé (DGS-SD7A 2003/n°4).  

Le bénévolat est un élément délicat de la gestion d'une pollution accidentelle. Il est positif que des bénévoles affluents sur le littoral pour contribuer à faire face, dans une situation où de nombreux bras sont nécessaires. C'est un signe fort de la conscience environnementale du public et une aide précieuse pour les responsables de la lutte. Mais, c'est aussi une source de multiples difficultés.

Chantier de dépollution
Chantier de dépollution

Dans certains pays, en particulier aux USA, seuls sont admis sur les plages des bénévoles organisés et encadrés, après signature d'un véritable contrat fixant leurs droits et leurs devoirs. Tout doit être parfaitement clair sur la responsabilité de chacun en cas d'accident ou de conséquences de quelque ordre que ce soit. Dans d'autre pays, comme chez nous, le bénévolat peut-être individuel et des bénévoles peuvent aller ramasser un polluant sur une plage isolée, sans encadrement, ni précautions, au risque d'engager de fait leur santé et la responsabilité juridique du maire de la commune.

Le bénévolat a été précieux dans la pollution de l'Erika. Il a fourni le gros des forces nécessaires aux associations qui se sont battues pour sauver un maximum d'oiseaux. Il a largement participé au nettoyage grossier de nombreuses plages. Il a forgé, sur plusieurs chantiers difficiles, en particulier sur Belle-Ile, des liens personnels qui dureront bien au delà des séquelles visibles de la pollution. Mais le bénévolat a aussi été un profond casse-tête pour nombre de mairies et de responsables Polmar. Il a débordé les premières semaines les capacité de réception de nombreux responsables Polmar, déferlant sur des mairies non préparées à un tel afflux. Puis, une fois mis en place des moyens de réception et d'encadrement, le flot du départ s'est réduit comme une peau de chagrin avec la polémique lancée par un laboratoire méditerranéen sur la cancérogénéité des hydrocarbures et la nature de la cargaison de l'Erika.

Nul n'est en mesure de quantifier la part exacte jouée par les bénévoles dans la lutte contre la pollution de l'Erika. En focalisant images et articles sur eux, les médias ont souvent grossi leur rôle. En ayant bien du mal à les prendre tous en compte dans leurs fiches de chantier, les relevés de mains d’œuvre des PC Polmar ont involontairement minimisé leur apport. Mais l'expérience acquise a été utilisée en 2000 dans la révision de l'instruction Polmar. L'instruction révisée confie aux maires l'accueil, la gestion et l'information des bénévoles.

Comme le volontariat humanitaire, le bénévolat environnemental demande aujourd'hui une organisation sans faille. C'est pour cette raison que les communes touchées par la pollution du Prestige ont demandé des certificats médicaux aux bénévoles et imposé une inscription, avec des quotas limités à leur capacité d'accueil et d'encadrement.

Last update: 21/02/2003