Vous êtes dans :

Nijptangh

Nom
Nijptangh
Date de l'accident
15/10/2015
Lieu
France
Zone du naufrage
rade de Cherbourg
Zone du déversement
Zone portuaire
Cause de l'accident
Echouement
Produit transporté
gazole marine
Nature polluant
gazole marine
Quantité déversée
40 à 60 m3
Type de navire / structure
Barge
Pavillon
Belgique

L’accident

Vers 6h00 dans la matinée du 15 octobre 2015, le chaland de travaux maritimes Nijptangh battant pavillon belge talonne dans la grande rade de Cherbourg lors de travaux de dragage. Il laisse fuir dans les eaux portuaires, à partir d’une soute à carburant endommagée, un volume de gazole marine estimé entre 40 et 60 m3. A quelques jours d’intervalle, des souillures d’engins de pêche (filets, dragues) ont également été rapportées par des crevettiers au large de Dunkerque/Oye-Plage.

 

Réponse d’urgence, évaluation de la situation et communication opérationnelle

Tout au long de la crise, des échanges réguliers d’expertise et d’informations ont eu lieu entre le Cedre et les acteurs belges impliqués dans la gestion de crise, notamment l’Unité de gestion du modèle mathématique de la mer du Nord (UGMM) de l’Institut royal des sciences naturelles de Belgique (IRSNB) et la Direction générale Environnement.
La réponse d’urgence mobilise les marins pompiers de la base navale de Cherbourg (personnels et vedette d'intervention). Le Centre opérationnel départemental (COD) est activé en milieu de matinée en préfecture de Saint-Lô (Manche).
La base navale met rapidement à disposition ses moyens nautiques (2 remorqueurs) ainsi que des matériels de confinement (barrages flottants) et de pompage. Un hélicoptère EC225 de la Marine nationale effectue plusieurs survols de la zone afin de suivre l’extension et l’évolution de la pollution. L’astreinte du Cedre est contactée par la capitainerie du port qui l’informe de la pollution et sollicite l’assistance sur place d’un agent en appui aux services en charge de la réponse antipollution.
L’une des actions prioritaires est l’évaluation du risque de fuite supplémentaire à partir de la source. Dans ce contexte, le Groupe de plongeurs démineurs de la Manche apporte son concours en procédant aux premières inspections de la coque du Nijptangh. Celles-ci viennent compléter les observations réalisées sur l’eau. Il apparaît que la fuite est stoppée. Le chaland sera remorqué à quai le jour même, avant allègement des soutes par une société locale.

 

Protection de zones sensibles

En termes de réponse antipollution, des actions de protection des sites sensibles proches s’avèrent nécessaires, notamment avec la pose de barrages flottants (doublés d’un rideau de boudins absorbants) autour d’une exploitation salmonicole jouxtant le site de l’accident, et l’arrêt préventif des prises d’eau du parc de la Cité de la mer. Afin de prévenir les risques sanitaires, des arrêtés d'interdiction temporaire de pêche et de  navigation sur la zone impactée sont émis par la préfecture de la Manche et par la mairie de Tourlaville.

 

Lutte en mer et missions de reconnaissance

Sur l’eau, les conditions météorologiques et les propriétés de l’hydrocarbure relativement léger contribuent au fort étalement de ce dernier, rendant difficile sa concentration et son confinement. Finalement, la récupération mécanique est impossible. De fait, les opérations de collecte sur l’eau s’avèrent inopportunes. La faible persistance du gazole marine laisse présager un fort potentiel de dissipation naturelle à court terme de la majeure partie du volume déversé, sous l’action de l’hydrodynamisme.
Ce scénario est étayé par les prévisions du modèle de vieillissement utilisé par le Cedre, et confirmé par les observations aériennes. Celles-ci font état d’un fort  étalement du polluant flottant se traduisant par la présence d’un film aux reflets métalliques et arc-en-ciel. Le lendemain, la dissipation du polluant s’opère sous l’effet d’un fort clapot, de vents relativement importants et du renouvellement de la masse d’eau de la grande rade de Cherbourg  au gré des marées. Les reconnaissances aériennes réalisées en matinée confirment l’absence d’irisation sur le plan d’eau.
Des reconnaissances menées en parallèle à partir de la vedette de gendarmerie VSMP Heaume ne permettent pas non plus d’établir de constats visuels d’hydrocarbure flottant. Les reconnaissances pédestres auxquelles participent conjointement le Cedre et la capitainerie ne permettent d’observer que de légères traces d’irisations, discontinues et localisées, en cours de dispersion naturelle, qui ne nécessitent par conséquent aucune intervention.

 

Barrage déployé autour du chaland Nijptangh
Barrage déployé autour du chaland Nijptangh
Dernière modification: 28/05/2018

Voir aussi

- Lettre technique, Mer & littoral, Année 2015, n°42