Vous êtes dans :

Peut-on arrêter les déchets flottants devant les plages ?

Il peut être envisageable dans certains cas de collecter les déchets devant le littoral. Ce type d'opération peut inclure :
- l'observation des déchets
- la récupération en surface
- la récupération sur le fond

Observation des déchets

Les déchets flottants peuvent être repérés par observations aériennes. Durant l'été 1999, Frédérick Vezia a observé (volant à très faible altitude) les amas de déchets flottants de la côte aquitaine. Il a réalisé un rapport où les prises de vue sont datées, accompagnées des horaires de marées, de la direction et de la force du vent ainsi que d'un commentaire sur la localisation des déchets repérés. Des accumulations à l'interface de deux masses d'eau (possédant des caractéristiques physico-chimiques différentes et ne se mélangeant pas) ont ainsi pu être mises en évidence, notamment entre les eaux du golfe de Gascogne et celles de l'Adour. Ces concentrations rassemblent quelques centaines à quelques milliers de déchets, éventuellement récupérables par une embarcation spécifique sous réserve d'une information rapide et d'une disponibilité immédiate.

Dechets flottants
Dechets flottants

Le département des Alpes Maritimes conduit également ce type d'opération. La surveillance du plan d'eau est réalisée par un avion de tourisme, la collecte est assurée par des barges et des scooters des mers.
 
Le syndicat mixte pour l'équipement et le développement touristique du pays Basque a mené en 1999 avec le concours de la Marine nationale une campagne de repérage des macro-déchets flottants en vue de leur récupération. La détection aérienne était menée trois fois par semaine, les résultats sont communiqués au bateau de pêche chargé de la récupération afin qu'il se rende sur zone collecter les détritus. Des observations faites par les autres navires viennent compléter le dispositif de surveillance.

 

Récupération en surface

Les déchets peuvent être récupérés en mer avant qu'ils ne s'échouent. L'utilisation d'engins dépollueurs permet d'éliminer les déchets flottants et les polluants liquides, réduisant ainsi les arrivages sur le littoral. Ces engins peuvent être destinés à traiter un type particulier de déchets (macro-déchets, hydrocarbures, désinfection) ou demeurer polyvalents. Différents dispositifs permettent la collecte des macro-déchets : panier basculant, tapis à tasseaux immergé, aspiration grâce au groupe de propulsion.
 
D'autres dispositifs sont mis en œuvre, tels que des scooters des mers ou des jet-skis équipés de paniers collecteurs. En 1997, 7 % des communes du littoral métropolitain (essentiellement en Méditerranée) avaient recours à ce type de collecte.
 
Afin d'intercepter les déchets en mer avant leur arrivée sur la côte, l'emploi de moyens "statiques" peut être envisagée. Il s'agit de barrages flottants anti-pollution ou de filets de pêche (ex : commune de Saint-Jean-de-Luz). Cependant ces moyens ne sont efficaces que pour des côtes constituées de criques et d'anses assurant déjà une protection. Ils doivent d'autre part être en mesure de supporter les forts coups de vent et les pressions engendrées par la présence de déchets volumineux (billes de bois, cargaisons,.). Se pose également par la suite le problème de la récupération de ces déchets après leur piégeage.

 

Récupération sur le fond

Il est irréaliste de penser que l'on pourra un jour nettoyer la mer de tous les déchets accumulés sur les fonds marins. Cependant, l'intervention de plongeurs ou des opérations de chalutage peuvent être efficaces et justifiées dans le cas de zones précises particulièrement touchées et entraînant une gêne particulière.
 
Les campagnes scientifiques prouvent que les chalutages sont efficaces pour collecter les détritus. Cette méthode pourrait donc être appliquée dans le cas d'un nettoyage périodique des secteurs jouant un rôle dans l'apport régulier de macro-déchets sur le littoral (embouchure de cours d'eau, zones de mouillage des bateaux de plaisance).

Dernière modification: 22/08/2000