Vous êtes dans :

Macro-déchets

Déchet issu de l'activité humaine, flottant en surface ou immergés, transporté par les courants marins ou par les fleuves jusqu'au littoral et se déposant sur les plages (définition Accord de Ramoge).

Il n'existe pas en France, ni dans les autres pays, de structure chargée de la lutte contre le problème des déchets du littoral.
 
 Par l'effet d'un geste de négligence, d'un coup de vent, d'une crue ou d'un accident malencontreux, les déchets sortent de leur cycle de traitement normal. Même frappés du logo "Point Vert", les emballages qui se déposent sur les plages ne sont plus recyclables par le système en place. Qu'ils soient ménagers, industriels ou verts, les déchets qui arrivent sur les plages sont devenus orphelins et ne relèvent plus des procédures de traitement que la loi impose à leurs producteurs. Ce sont des produits hors la loi, échappant aux contrôles et aux systèmes en place.
 
 On ne s'étonnera donc pas que le gros de la lutte contre ces déchets retombe aujourd'hui sur les collectivités gestionnaires des plages, situation en opposition totale avec le principe pollueur / payeur : ici, c'est le pollué qui supporte tous les coûts de la nuisance le frappant. Depuis quelques années cependant, plusieurs structures ont commencé à agir, chacune à son niveau :
 
 Le ministère de l'Environnement et l'ADEME favorisent des initiatives visant à réduire les décharges du bord de rivière, sources de déchets partant au fil de l'eau ;
 
 Le Secrétariat Général de la Mer et les gestionnaires portuaires se soucient de réduire les déchets portuaires, les déchets de navires et les déchets dérivant en mer.
 
 La lutte contre les déchets du littoral est complexe : elle fait appel simultanément à des actions pratiques de nettoyage, de sensibilisation, de prévention, d'éradication des origines.

C'est une lutte à de multiples niveaux, que vous pourrez découvrir dans nos fiches de réponses aux questions suivantes :