Résumé de la journée

Le compte rendu de la journée d'information 2014.

Les pollutions accidentelles des eaux par produits chimiques

La Journée d’information du Cedre 2014 s’est tenue le 1er avril dans les locaux de la Direction de l’Eau et de la Biodiversité à La Défense à Paris. Une soixantaine de participants de diverses origines (administrations, universitaires et monde industriel) ont assisté à cette journée qui avait pour thème « Les pollutions accidentelles des eaux par produits chimiques ».

Les schémas opérationnels en Europe

Après une conférence introductive rappelant sous la forme d'une analyse statistique les événements majeurs accidentels intervenus depuis 1998, les schémas opérationnels existants en Europe ont été présentés : le réseau Transaid (protocole d'aide aux services de secours en cas d'accident de transport impliquant des matières dangereuses qui est une démarche volontaire de l'industrie chimique française), la CASU (Cellule d'Appui aux Situations d'Urgence qui est activée par l’Ineris en cas de risque chimique en situation d’urgence) et le réseau MAR-ICE (service européen de l’AESM qui fournit de l'expertise en cas d’événement maritime impliquant des chimiquiers, pour lequel le Cedre est le point focal d'entrée).

La gestion des accidents récents et les recherches menées par le Cedre

L'après-midi a été consacrée à la présentation d'accidents récents et de leur gestion par les autorités compétentes. Les principaux axes de recherche dans le domaine de la lutte contre les pollutions par produits chimiques ont été discutés. Dans ce cadre, le Cedre a rappelé son implication technique lors des accidents des porte-conteneurs MSC Flaminia et MSC Napoli, du chimiquier YM Uranus et du déversement d'huile synthétique intervenu en 2013 sur l'autoroute A44 avec pour conséquence la pollution d'un cours d'eau alimentant le bassin d'Arcachon. En termes de projets de recherche, la nécessité de poursuivre les études visant à caractériser le devenir des substances chimiques déversées dans la sphère aquatique a été soulignée. Ces travaux permettent de mieux appréhender l'impact potentiel sur l'environnement, voire sur l'homme, et de ce fait d’adapter les techniques de lutte pouvant être déployées en cas de déversement accidentel. Les efforts réalisés par le Cedre afin d'imaginer et de construire des outils originaux répondant à des besoins opérationnels ont été présentés. Ainsi, la colonne d’expérimentation du Cedre permet d'étudier le comportement d’un produit dans la colonne d’eau, comme par exemple la remontée d'un produit chimique et le risque de voir apparaître une nappe en surface. Par ailleurs, un prototype est en cours de validation au Cedre. Ce dernier permettra de mesurer à la fois les cinétiques d'évaporation et de dissolution d'une substance donnée flottant à la surface de l'eau, et ceci, pour des conditions opératoires précises (contrôle de la température de l'eau, de l'intensité du vent et du rayonnement solaire).

Les actions de Transports Canada

Par ailleurs, les actions entreprises par le gouvernement canadien dans le domaine de la réglementation des SNPD (protocole HNS) ont été présentées par un représentant de Transports Canada. Ce ministère a mandaté un groupe d’experts pour évaluer le système de préparation, d’intervention et d’indemnisation au Canada en cas de pollution accidentelle des eaux par un navire transportant des substances dangereuses ou du GNL. Leur expertise fera l'objet d'un rapport qui devra être remis aux autorités d'ici la fin de cette année.

L'évaluation des risques

La journée a été clôturée par un représentant de l’institut fédéral allemand de l’évaluation des risques qui a présenté leur approche lors de la gestion de l’accident du porte-conteneurs MSC Flaminia. Cette présentation est venue compléter celle du Cedre sur cet accident notamment en apportant des informations sur le traitement des conteneurs à quai (délimitation d'une zone de décontamination, nécessité de gérer des matières toxiques...) ainsi que sur l'évaluation de l'écotoxicité des eaux d'extinction d'incendie qui a conclu à l'obligation de les traiter en tant que des déchets.

 

L’auditoire a souligné la qualité des interventions et la pertinence de la thématique retenue. Les retours de cette journée d’information sont très positifs… rendez-vous en 2015 pour la 20ème édition !