Vous êtes dans :

Neutralisation des épaves potentiellement polluantes

Neutralisation des hydrocarbures et produits chimiques contenus dans des épaves immergées.

Un navire qui coule suite à un échouement, une cassure, un abordage ou tout autre accident emporte au fond avec lui une quantité variable d'hydrocarbures de natures diverses : fioul de propulsion, diesel pour groupes électrogènes, huiles mécaniques. Ces hydrocarbures sont en grande majorité plus légers que l'eau. Ils restent très souvent fluides ou pâteux, même à des profondeurs importantes. Les fiouls lourds et les huiles sont peu ou pas biodégradables. Ils sont donc destinés à s'échapper tôt ou tard de l'épave, en migrant plus ou moins rapidement vers le haut à travers les déchirures résultant du naufrage ou celles qui seront générées au fil du temps par le vieillissement de la coque.
 
Les quantité d'hydrocarbures en jeu peuvent atteindre plusieurs milliers de tonnes pour les plus gros porte-conteneurs. Lorsque le navire est un pétrolier, sa cargaison vient s'ajouter à ses hydrocarbures propres. Les quantités en jeu peuvent alors dépasser la centaine de milliers de tonnes.
 
Lorsque l'épave est bien stabilisée, à une profondeur où la houle ne se fait pas sentir, les premiers suintement liés au vieillissement de la coque peuvent ne commencer que trente à cinquante ans après le naufrage. Ils peuvent se manifester de façon très lente et rester masqués par les d'autres déversements, les déballastages en particulier.
 
Jusqu'aux années 1970, il était d'usage de considérer le déversement des hydrocarbures contenus dans une épave comme un phénomène inéluctable, hors de la maîtrise humaine. Il y a même eu dans l'histoire de la lutte contre les marées noires de cas de bombardement de pétrolier fuyard pour le couler (Torrey Canyon, 1967) et de pétardage d'épaves pour achever le déversement de sa cargaison (Amoco Cadiz, 1978). Des fuites en provenance d'épaves vieilles de plusieurs dizaines d'années (en particulier des épaves de la dernière guerre mondiale), la montée des quantités en jeu dans les naufrages de navires modernes, la prise de conscience de la valeur de l'environnement, ont conduit depuis quelques dizaines d'années à envisager et réaliser des mesures de neutralisation du risque de pollution lié à ces hydrocarbures.

Que la pollution ait pour origine des fuites en provenance d'une vieille épave, parfois oubliée, ou des fuites en provenance d'une épave fraîchement coulée, traiter le problème n'est pas simple. Il n'y a pas de solution unique et toutes les solutions envisageables sont coûteuses. Rares sont celles qui ne présentent pas de risques techniques, humains ou environnementaux. Les préalables nécessaires peuvent prendre plusieurs mois. On ne peut pas faire l'économie d'une investigation attentive de l'épave, d'une analyse comparative des différentes mesures envisageables, d'une évaluation des quantités en jeu pour dimensionner l'opération, de l'établissement d'un cahier des charges, de la mobilisation de moyens financiers intégrant des imprévus parfois considérables, de la négociation d'un marché, de la mobilisation des moyens techniques lourds, à une période de l'année favorable. Tout cela prend inévitablement plusieurs mois, parfois plus d'une année. Pendant cette période de préparation, des solutions d'attente peuvent être nécessaires, en particulier des travaux d'obturation provisoire des principales sources de suintement Suivant la profondeur et le contexte, ces travaux seront réalisés par des plongeurs, des engins sous-marins habités, des robots filoguidés (ROV - Remotely operated vehicles) ou des combinaisons de plusieurs options.
 
L'exemple le plus récent de neutralisation réussie d'une épave de pétrolier potentiellement polluante est le pompage du fioul de l'Erika, en 2000, au large du Finistère.
 
Les produits chimiques flottants et peu ou pas solubles, transportés sous forme liquide, posent des problèmes de même nature.
 
L'exemple le plus récent de neutralisation réussie d'une épave de chimiquier est celle du Ievoli Sun en 2001 au large du Cotentin.

application/pdf Guide pour la neutralisation des hydrocarbures et produits chimiques contenus dans des épaves immergées

Dernière modification: 28/01/2003