Vous êtes dans :

Déversements de polluants dans le monde - 2011

Mer et littoral

 

Les déversements et leur localisation dans le monde
Les déversements et leur localisation dans le monde en 2011
Les déversements et leur localisation dans le monde en 2011

 

En 2011, 38 déversements ont été recensés par le Cedre dans le monde.

 

 
 
 
 
 
Répartition des déversements entre la mer, le littoral et les ports
Répartition des déversements entre la mer, le littoral et les ports en 2011
Répartition des déversements entre la mer, le littoral et les ports en 2011

 

En 2011, le Cedre a recensé 38 déversements accidentels, dont la plupart se sont produits en mer et en eaux littorales.

 

  

 

 

 
Quantités déversées en mer, sur le littoral et dans les ports
Quantités déversées en mer, sur le littoral et dans les ports en 2011
Quantités déversées en mer, sur le littoral et dans les ports en 2011

La quantité totale d’hydrocarbures et autres produits ou substances déversés en 2011 dans les eaux marines s’élève à 96 650 tonnes environ.
Cette estimation, supérieure à celles généralement obtenues depuis 2004, est dans une grande mesure dominée par la perte en mer de cargaisons de matière alimentaire en vrac –en l’occurrence celles de graines de soja (65 000 tonnes) dans l’archipel de Tristan da Cunha en mars, et de riz (> 13 400 tonnes) dans le port de Chittadong (Bangladesh) en avril. Sans tenir compte de ces déversements, les pollutions par hydrocarbures et polluants divers avoisinent un total de 18 000 tonnes.

 

 Nature des produits déversés
Nature des produits déversés en 2011
Nature des produits déversés en 2011

Les produits les plus fréquemment déversés en 2011 sont les pétroles bruts (29 % des évènements), les produits pétroliers blancs (26 % des évènements), et les fiouls de grades IFO divers (intermédiaires à lourds) (24 % des évènements).
Viennent ensuite en termes de fréquence (8 % des cas), les déversements de produits organiques en vrac, avec 3 évènements impliquant des produits alimentaires (riz, graines de soja, et maïs).
Aucune occurrence notable de pollution marine par substances nocives et potentiellement dangereuses (SNPD) n’a été recensée en 2011.

 

Quantités déversées par type de polluant
Quantités déversées par type de polluant en 2011
Quantités déversées par type de polluant en 2011

Les produits organiques transportés en vrac représentent la plus forte contribution (80 %) au bilan déversé dans l’année, en lien essentiellement avec les accidents du vraquier Oliva sur l’île de Nightingale (achipel de Tristan da Cunha, territoire britannique d'outre-mer en mars) qui, outre une pollution par fioul de soute, a vu la perte en mer de plus de 64 000 tonnes de graines de soja, et du céréalier Hyang Ro Bong à proximité du port de Chittadong (Bangladesh) qui s’est soldé par l’abandon de navire et de sa cargaison de 13 500 tonnes de riz environ.
Ces produits exclus, les pollutions recensées en 2011 sont clairement dominées (à 80 %) par les hydrocarbures, avec une majorité de pétroles bruts, et une contribution relativement plus faible des fiouls de grades IFO divers, loin devant les produits blancs (représentant respectivement 80 %, 16 % et 4 % des produits pétroliers).
Avec une perte en mer -sans impact notable- de plus de 2 200 tonnes d’oxyde de fer suite au naufrage d’un cargo dans le Golfe de Gascogne, la contribution des substances minérales (vrac) s’élève à 2 % du bilan de l’année. Aucun des autres produits impliqués dans les déversements significatifs de 2011 n’a dépassé 1 % du bilan total.

 

Eaux intérieures

 

Répartition des déversements par type de source
Répartition des déversements par type de source en 2011
Répartition des déversements par type de source en 2011

En 2011, 37 pollutions significatives des eaux ont été identifiées. Les pipelines représentent la source la plus fréquente (24 %) des déversements, devant les camions citernes et les stockages divers y ont été impliqués à hauteur comparable (respectivement dans 19 % et 16 % environ des cas). Les navires ont été à l’origine de 13 % des déversements de 2011, devant les conduites internes au sein d’installations diverses (11 %). Les autres sources impliquées l’ont chacune été dans moins de 5 % des cas.

 

  

Quantités de déversements par type de source
Quantités de déversements par type de source en 2011
Quantités de déversements par type de source en 2011

En 2011, environ 10 120 tonnes (estimation a minima) d’hydrocarbures et autres substances dangereuses ont été déversés en eaux intérieures.
Les pipelines sont à l’origine d’environ 56 % de la quantité totale déversée dans l’année, tandis que les autres contributeurs principaux sont les bassins ou fosses (d’installations industrielles ou agricoles) (12 % du total), puis les wagons citernes et les navires à hauteurs comparables (9 à 10 % du total environ).

 

 

Quantité de déversements par type de polluant
Quantité de déversements par type de polluant en 2011
Quantité de déversements par type de polluant en 2011

Le bilan 2011 est dominé par les hydrocarbures, en particulier par les pétroles bruts qui en représentent environ la moitié, déversés suite à 7 incidents dont le plus important est survenu au Canada, en avril, avec la fuite d’un volume estimé à plus 4 000 m3 à partir d’un oléoduc vieillissant.
Les autres produits pétroliers identifiés, à savoir les produits blancs puis les fiouls de grade IFO divers, ont contribué dans une moindre mesure à la quantité totale déversée sur l’année (6 et 1 % respectivement).
On notera ensuite la contribution des eaux toxiques (12 % du total), suite au rejet, en Australie, à partir d’un bassin dans une installation industrielle, d’environ 1 200 m3 d'eaux contenant des traces d'arsenic à une concentration supérieure à la limite autorisée.
On distingue ensuite principalement, par ordre de contribution décroissante au volume total, les minerais (avec un déversement de 1 000 tonnes de concentré de cuivre suite à un accident ferroviaire en Australie en décembre) puis les acides, qui en représentent entre 9 à 10 %.