Vous êtes dans :

Treasure

Nom
Treasure
Date de l'accident
23/06/2000
Lieu
Afrique du Sud
Zone du naufrage
Baie du Cap
Zone du déversement
Zone littorale
Cause de l'accident
Avarie
Quantité transportée
140 000 tonnes de minerais de fer
Nature polluant
Fioul de propulsion
Quantité déversée
1 000 tonnes de fioul de propulsion
Type de navire / structure
Vraquier (Minéralier)
Date de construction
1983
Pavillon
Panaméen
Propriétaire
Good Faith Shipping

L'accident

Le 14 juin 2000, le vraquier Treasure faisant route du Brésil vers la Chine, pris dans le mauvais temps, est victime d’une avarie. Le commandant demande alors à entrer à Cape Town, port équipé pour remédier aux problèmes techniques. L’accès lui est refusé. Le 20 juin, l’armateur et des inspecteurs du SAMSA (South Africa Maritime Safety Authority) viennent inspecter le navire pour l’instant maintenu à 40 milles de la côte. Cette visite conclut qu’il n’y a pas de risque de naufrage et que le navire peut être rapproché de la côte afin d’être contrôlé par des plongeurs.

Le 21 juin, le navire est dans le port de Table Bay avec ordre à l’armateur de décharger les soutes au plus vite. Le lendemain, l’armateur n’ayant pas agi, la SAMSA décide de remorquer le Treasure au large.

Le convoi part vers l’est, mais le 23 juin, le Treasure fait naufrage près de l'île pénitencier de Robben, rejetant 1 000 tonnes de fioul lourd, 200 tonnes seront pompées dans l’épave et 100 tonnes resteront. C’est une catastrophe pour la faune : 20 000 manchots du Cap résident sur l’île, représentant 35% de la population mondiale de cette espèce.

La lutte

Des moyens lourds sont mis en place pour nettoyer les lieux au plus vite. Les manchots sont délocalisés par hélicoptère à 800 km de distance, le temps de nettoyer leur milieu avant qu’ils n’y reviennent par leurs propres moyens. Le coût par manchot s'élève à 300 €.

Le 2 juillet, une autre colonie de 56 000 manchots du Cap est aussi déplacée quand la pollution s’est dirigée vers l’île de Dassen qui héberge la colonie. Les manchots les plus rapides mettront 19 jours pour parcourir les 800 km qui les séparent de leur habitat d’origine.

Création d'une Zone Spéciale

Le coût total des dégâts est estimé à plus de 1,5 million d'euros. Suite à cette catastrophe, la communauté maritime internationale crée la zone maritime méridionale de l’Afrique du Sud.

Cette appellation interdit ou restreint sévèrement le dégazage dans l’ensemble géographique déterminé. La zone en question est délimitée de 1 500 km de long et de 35 à 135 miles nautiques de large le long du littoral. Cette limitation est approuvée par le Comité de la Protection du Milieu Marin (MEPC: Marine Environment Protection Committee) et un organisme de réglementation de l’Organisation Maritime Internationale (OMI).

L’IFAW (International Fund for Animal Welfare) précise que la zone en question abrite12 espèces d’animaux uniques et menacées comme le manchot du Cap. Cette Zone Spéciale entrera en vigueur en février 2008.

Dernière modification: 10/04/2007

Voir aussi

Lettre du Cedre, Année 2000, n°61.

Liens externes

Rapport sur les navires en difficulté et recours, fiche gouvernementale de l'accident et accidents du même type.

Impact de la pollution sur les manchots, bilan d'International Bird Rescue