Vous êtes dans :

Texaco Caribbean

Nom
Texaco Caribbean
Date de l'accident
11/01/1971
Lieu
Manche
Zone du naufrage
13 km au large du détroit du Pas-de-Calais
Zone du déversement
Pleine mer
Cause de l'accident
Collision
Nature polluant
Fioul de propulsion
Quantité déversée
600 tonnes
Type de navire / structure
Pétrolier
Date de construction
1965
Lieu de construction
Kieler Howaldtswerke AG, Kiel
Longueur
175,00 m
Largeur
23,80 m
Tirant d'eau
12,50 m
Pavillon
Panaméen
Propriétaire
Texaco Panama Inc.

Le 11 janvier 1971, le pétrolier panaméen Texaco Caribbean effectue un voyage à vide entre les Pays-Bas et Trinidad lorsqu’il se fait éperonner par le Paracas, un cargo péruvien de 12 000 tonnes, dans le détroit du Pas-de-Calais dans un épais brouillard. Le Paracas ne tenait pas compte des voies de navigation en vigueur dans cette zone et prenait le chemin le plus court le long des côtes britanniques. Le Texaco Caribbean explose, se brise et coule. 600 tonnes de fioul de propulsion se déversent. 8 marins perdent la vie, 22 sont sauvés.

Le Paracas, en route du Pérou vers Hambourg avec une cargaison de farine et d’huile de poisson, subit également d’important dégâts dans l’accident. Le remorqueur de sauvetage Heros le remorque jusqu’à Hambourg où ils arrivent le 14 janvier 1971.

Les autorités côtières britanniques installent 3 lumières vertes verticales sur les lieux de l'accident afin de prévenir les autres usagers du détroit de la présence de l’épave. Malgré cette précaution, le lendemain, le cargo Ouest Allemand Brandenburg entre en collision avec le Texaco Caribbean et coule quelques minutes plus tard. Les bateaux de secours n’ont pas le temps d’arriver. Seulement 11 des 32 membres d’équipage sont secourus par des pêcheurs des environs. Les corps de deux marins sont retrouvés.

Un bateau phare et 5 bouées lumineuses sont rajoutés, mais le 27 février 1971, le navire grec Nikki, faisant route de Dunkerque à Alexandrie, les ignore et va droit sur les épaves. Le pétrolier Hebris se trouve dans la zone au même moment. Son équipage, qui voit le Nikki en train de couler, envoie des messages radio. L’Hebris, ayant aperçu des hommes à la mer, se rapproche, mais il n’y a plus personne. Le Nikki coule avec tout son équipage.

Les 3 épaves constituent un risque réel pour la circulation maritime. Un second bateau phare et 10 bouées supplémentaires rejoignent les autres pour marquer la zone. Toutefois, en l’espace de 2 mois, 16 navires sont recensés par les autorités britanniques pour avoir ignoré ce balisage. Par chance aucun accident supplémentaire n’est à déplorer.

L’entreprise Risdon Beazley Ulrich Harms Ltd de Southampton est contactée pour renflouer les épaves du Texaco Caribbean, du Brandenburg et du Nikki. Tout au long des 18 mois que dure cette opération, 2 bateaux phare et 14 bouées lumineuses marquent la zone.

Sources :

- HOOKE, Norman, 1997, Maritime Casualties 1963-1996, second edition, LLP Limited, Londres
- IFP, Banques de données sur les accidents de navire ayant provoqué un déversement de pétrole en mer supérieur à 500 tonnes, 1970-1974, Réf. 26 704, Janvier 1979
- Department of Trade, Accidents at Sea Causing Oil Pollution, Review of Contingency Measures, London, 1978

Dernière modification: 02/06/2004