Vous êtes dans :

Lac-Mégantic

Nom
Lac-Mégantic
Date de l'accident
06/07/2013
Lieu
Canada
Zone du naufrage
Centre ville de Lac-Mégantic
Zone du déversement
Eaux intérieures
Cause de l'accident
Explosion, Incendie
Nature polluant
Pétrole brut léger
Quantité déversée
100 000 à 120 000 litres
Type de navire / structure
Train (Wagons-citerne)

L'accident

Le 6 juillet 2013, alors qu’il transporte du pétrole brut entre le Dakota du Nord (États-Unis) et la raffinerie de Saint John dans le Nouveau-Brunswick (Canada), un train de marchandises composé de 5 locomotives et de 72 wagons-citernes déraille en plein centre-ville de Lac-Mégantic (Québec, Canada).

Cet accident entraine des explosions et un gigantesque incendie provoquant la destruction de 4 wagons-citernes. Quarante-sept personnes périssent dans le drame, une partie de la ville Lac-Mégantic est détruite.

Lutte contre la pollution

Suite à cette tragédie, une partie de la cargaison de pétrole brut s’écoule par le réseau d’égouts vers le lac Mégantic et la rivière Chaudière. Des spécialistes du Ministère du Développement Durable canadien sont rapidement dépêchés sur place pour évaluer la situation.

Le Ministre de l'Environnement, présent sur zone les premiers jours qui suivent l’accident, déclare que cette catastrophe environnementale reste d'une magnitude sans précédent. Les services de son ministère estiment que de 100 000 à 120 000 litres de pétrole brut se sont répandus dans la rivière Chaudière sur 120 km.

 

Estimation des quantités de pétrole brut léger impliquées dans l’accident à Lac-Mégantic
Estimation des quantités de pétrole brut léger impliquées dans l’accident à Lac-Mégantic

 

Un suivi de la contamination de l’atmosphère est réalisé par un laboratoire mobile ainsi qu’une campagne d'échantillonnages de l’eau de la rivière Chaudière, en particulier, au niveau des prises d'eau. L'objectif est de suivre l'évolution de la pollution et mettre en place des chantiers de nettoyage.

Des barrages sont déployés autour des points d’approvisionnement en eau douce des municipalités riveraines. Des opérations de pompages des hydrocarbures sont mises en place. Les berges de la rivière Chaudière sont nettoyées. La difficulté d’accès à certaines parties freine les actions de nettoyage.

Après avoir craint une pollution du Saint-Laurent à la hauteur de Québec, le fleuve ne sera finalement jamais touché.

Le 18 septembre 2013, suite aux bons résultats des analyses de la qualité de l’eau et des sédiments, le Ministre de l’Environnement annonce que les communes peuvent de nouveau puiser dans les eaux de la rivière Chaudière.

Un programme de suivi de la qualité de l'eau et des sédiments est mis en place. En effet, les opérations de nettoyage des berges ainsi que les augmentations soudaines du débit de la rivière lors de pluies ou de la crue du printemps pourraient entrainer une remise en suspension des hydrocarbures.

Chacune des villes prévoit également une source d’alimentation temporaire pour l’hiver, pour le au cas où les résultats des analyses révèleraient la présence de polluant.

 

Catastrophe Lac Mégantic 06/07/13
Dernière modification: 17/01/2014

Voir aussi

Lettre technique, eaux intérieures, année 2014, n° 23

Lettre technique, eaux intérieures, année 2013, n° 21

Liens externes

Ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, Canada, page dédiée à l'accident

Transports Canada, déclaration du ministre suite à l'accident

Montreal, Maine & Atlantic Railway Corporation, communiqué de presse du transporteur

Irving Oil, communiqué de presse des propriétaires de la raffinerie de Saint John

Ministère de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie, France, Fiche accident de la base ARIA, retour d'expérience sur accidents technologiques