Vous êtes dans :

Katja

Nom
Katja
Date de l'accident
07/08/1997
Lieu
France
Zone du naufrage
Port du Havre, Normandie
Zone du déversement
Zone portuaire
Cause de l'accident
Avarie
Quantité transportée
80 000 tonnes
Nature polluant
Fioul de propulsion (n°2)
Quantité déversée
187 m³
Type de navire / structure
Pétrolier (Double coque)
Date de construction
1995
Longueur
232,00 m
Pavillon
Bahaméen

La pollution du Katja dans le port du Havre illustre un fait essentiel : un déversement accidentel d'hydrocarbures, somme toute modeste, par rapport aux accidents majeurs qui constituent trop souvent une échelle de référence, peut nécessiter la mise en œuvre de moyens de lutte importants, induire un impact non négligeable sur certaines activités économiques d'une région et en tout cas occuper la une des médias.

Photo aérienne de la pollution du Katja dans le port du Havre
Photo aérienne de la pollution du Katja dans le port du Havre

L'accident

L'accident du Katja survient le 7 août 1997 à 0 h 20, suite à une mauvaise manœuvre d'accostage du navire dans le bassin portuaire aux pétroles n° 3 du port du Havre. Le Katja est un navire pétrolier de 232 m, immatriculé aux Bahamas, construit en 1995 selon les nouveaux standards de double coque imposés par l'administration américaine après l'accident de l'Exxon Valdez. La brèche ouverte se situe au niveau d'une des soutes de propulsion du navire, pour lesquelles les standards n'imposent pas de double coque et 187 m³ de fioul de propulsion (fioul lourd n° 2) sont déversés dans la darse n° 3. L'hydrocarbure est un produit lourd (d = 0.98) et visqueux (350 cSt à 50°C).

L'accident survient peu avant le début du jusant. Le temps que les remorqueurs terminent leur besogne, près de la moitié du produit s'échappe de la darse et dérive le long de la partie Sud du port souillant les ouvrages portuaires. Une fraction du polluant, estimée entre 30 et 60 m³, sort du port du Havre au début de la matinée du 7 août, avec la marée descendante.

Premières mesures

Deux heures après l'incident, les premiers barrages mis en place par les lamaneurs ferment la darse. A 7 h 40, le 7 août, le Cedre est alerté par les sapeurs-pompiers du Havre. Après différents contacts, décision est prise d'envoyer deux ingénieurs du Cedre sur place afin d'assister les autorités. A 8 h 30, le Préfet de Seine Maritime réunit sa cellule de crise. Le plan Polmar ne sera pas déclenché.

Les opérations de lutte

Rapidement, le matériel Polmar est mis à disposition du Préfet de Seine-Maritime. Cependant, pendant 4 jours, un brouillard dense interdit toute reconnaissance aérienne. Des vents de NE (10 nœuds) poussent les hydrocarbures vers les plages du Calvados, qui sont touchées le vendredi 8 août (de Trouville à Villerville).

Dans le Calvados, 300 personnes (services communaux, sapeurs-pompiers, militaires) sont mobilisées alors que le nettoyage des plages du Havre et de Sainte-Adresse n'est entrepris à grande échelle que lorsque le risque de pollution est écarté, soit 4 jours après l'accident.

La situation en mer est suivie par la Préfecture Maritime de Cherbourg qui dépêche sur zone le remorqueur l'Acharné muni de moyens d'épandage de dispersants. Ceux-ci, utilisés sur quelques nappes localisées à la sortie de l'estuaire de la Seine, se révéleront vite d'une efficacité limitée sur un produit visqueux, dans une mer calme qui ne favorise pas une dispersion des hydrocarbures traités.

La semaine qui précède le long week-end du 15 août est marquée par le désengagement progressif des structures opérationnelles de lutte et la levée des arrêtés d'interdiction de baignade.

Opération de nettoyage dans le port du Havre
Opération de nettoyage dans le port du Havre

Leçons à tirer de l'événement

Accident nocturne, en période de vacances, par un brouillard épais qui a perduré plusieurs jours, vide médiatique, ... Tous les ingrédients sont réunis pour créer une "belle" crise aux conséquences somme toute limitées.

Dans le but d'améliorer la mise en œuvre rapide des dispositifs de lutte en cas de déversement portuaire et afin de limiter l'extension de la pollution, le Port Autonome du Havre demande au Cedre de procéder à l'élaboration de fiches réflexes qui ont été intégrées dans un plan d'intervention à caractère opérationnel. Ces fiches réflexes concernent Antifer, le Port Autonome et le Grand Canal du Havre.

Dernière modification: 01/02/2007

Voir aussi

Bulletin d'information du Cedre, N°10 : "Les rejets illicites d'hydrocarbures par les navires : preuves et conséquences en cas de pollution"

Journée d'information du Cedre 1998, Les dépenses et les remboursements d'une pollution de terminal pétrolier ; le cas du Katja au Havre. M. Rousseau, adjoint au Directeur du Cedre