Vous êtes dans :

Jambo

Nom
Jambo
Date de l'accident
29/06/2003
Lieu
Nord Ouest de l'Écosse
Zone du naufrage
Entrée de Loch Broom, Ullapool, nord de l'Ecosse
Zone du déversement
Zone littorale
Cause de l'accident
Echouement
Quantité transportée
3 300 tonnes
Nature polluant
Sulfure de zinc
Quantité déversée
1 000 tonnes
Type de navire / structure
Vraquier
Date de construction
1990
Longueur
88,15 m
Pavillon
Chypriote
Propriétaire
Accent Shipping Co Ltd

Le 29 juin 2003, le navire de charge chypriote Jambo fait route de Dublin à Odda (Norvège) avec une cargaison de 3 300 tonnes de sulfure de zinc quand il s’échoue au nord de l’Écosse à l’entrée du Loch Broom. Les gardes côtes de Stornoway sont avertis rapidement de l’accident. Un bateau de sauvetage de Lochinver est aussitôt envoyé sur zone et prend l’équipage du navire à son bord. Des experts évaluent les risques associés à l’épave, à la cargaison ainsi qu’au carburant. Des survols aériens permettent de surveiller un éventuel début de pollution. Le 1er juillet 2003 des absorbants et des récupérateurs arrivent sur les lieux de l’accident. Le lendemain des équipements de pompage des Pays-Bas sont mobilisés.

Des plongeurs sont chargés de mesurer l’ampleur des dégâts subis par la coque. Ils remarquent une fuite de sulfure de zinc et une sérieuse avarie au niveau du renflement bulbeux de l'étrave. Des échantillons de poisson sont prélevés pour analyse, mais la principale préoccupation reste la récupération du diesel marin et du sulfure de zinc. Pas moins de cinq fermes aquacoles sont implantées dans les alentours. Le 3 juillet des irisations sont visibles autour du Jambo. La MCA (Maritime and Coastguard Agency) prend en charge les opérations de confinement et de récupération du pétrole. 600 mètres de barrages sont déployés afin de protéger les fermes aquacoles. Le 4 juillet 2003, une zone d’interdiction de naviguer temporaire est mise en place autour de l’épave ; celle-ci constitue un danger pour la circulation maritime.

Au 7 juillet 2003, 70 tonnes de diesel sont déjà pompées hors du navire. Les risques pour l’environnement sont considérablement réduits. Le pompage de la cargaison de sulfure de zinc est sur le point de commencer. Les estimations prévoient que ce travail durera jusqu’à fin juillet 2003. La zone d’interdiction de naviguer est finalement levée le 8 juillet 2003. Des discussions sont toujours en cours quant à son enlèvement.

La récupération des 84 tonnes de diesel s’achève le 15 juillet. Le 24 juillet, quand le pompage du sulfure de zinc débute, la zone d’interdiction de naviguer est remise en place. Les opérations de pompage se révèlent plus compliquées que prévu. La cargaison est très lourde et ne cesse de retomber. 1 000 tonnes sont dors et déjà perdues. Les équipes de lutte réussissent toutefois à pomper 1 900 tonnes de la cargaison. Le produit récupéré est envoyé à Immigham (Angleterre). L’épave se trouve à 14 m de profondeur. Elle ne représente plus de danger pour la circulation maritime et les 400 tonnes de sulfure de zinc restantes sont considérées comme peu nocives pour l’environnement. L’épave peut rester sur place. Par contre des prélèvements de poissons et de crustacés continuent d’être effectués afin d’évaluer plus précisément l’impact écologique.

Cet accident permet aux autorités de se rendre compte de l’importance d’un contrôle renforcé des navires transportant des produits dangereux.

Dernière modification: 02/06/2004

Voir aussi

Lettre technique du Cedre, Mer et Littoral, Année 2003, n°3