Vous êtes dans :

Pompage du fioul

La société Totalfina s'est engagée auprès de l’État français à neutraliser sous son contrôle le danger représenté par les hydrocarbures
contenus dans les épaves de l'Erika. Un inventaire des principales méthodes permettant la neutralisation des hydrocarbures (soutes et cargaison), encore contenus dans les épaves est alors réalisé. L'analyse des différentes méthodes montre que le pompage de la cargaison et des soutes est ce qui présente le plus d'avantages, en particulier du point de vue de la sécurité et de la protection de l'environnement lors de sa mise en œuvre.

Positionnement des navires autour des épaves
Positionnement des navires autour des épaves

La méthode générale du pompage ayant été retenue, différentes techniques de mise en ouvre de cette solution sont proposées par des sociétés spécialisées en intervention sous-marine. La technique retenue par Totalfina est validée par le comité de pilotage et le collège d'experts de l'Etat. Elle consiste à soutirer les hydrocarbures par différence de pression hydrostatique entre l'épave et un réservoir intermédiaire posé sur le fond et maintenu en dépression relative contrôlée. Immédiatement en sortie de l'épave et avant leur arrivée dans le réservoir intermédiaire, les hydrocarbures sont fluidifiés, afin de faciliter leur transfert, par mélange à un diluant (Ester Méthylique de Colza, EMC), inoffensif pour l'environnement. Une fois dans le réservoir, le mélange hydrocarbure-diluant est envoyé de manière continue vers la surface au moyen d'une pompe à double vis. Une phase de nettoyage fin de l'épave, consistant à éliminer le maximum d'hydrocarbures résiduels retenus dans les épaves après la phase de pompage est prévue par injection d'Ester Méthylique de Colza.

Schéma de principe du système de pompage
Schéma de principe du système de pompage

Diverses sociétés d'intervention sous-marine ont proposé leurs offres de travaux à Totalfina. Après étude des dossiers, la société choisie pour mener l'intervention est le consortium franco-norvégien Coflexip/Stena Offshore/Stolt Offshore. La préparation des deux morceaux de l'épave, éloignés l'un de l'autre de 10 km, débute à la mi-mai par une phase de reconnaissance et la mise en place du chantier par l'entrepreneur. Les perçages de la coque et l'installation de modules de raccordement au dispositif de pompage sont lancés début juin. Ils sont effectués de manière télé-opérée avec des robots (ROV) ainsi que par des plongeurs qui interviennent notamment sur les points difficilement accessibles. Cette phase a commencé par l'équipement de la partie avant de l'épave avant de s'engager sur la partie arrière, plus complexe en raison de l'encombrement du pont. Un peu plus de 10 000 tonnes de fioul lourd sont récupérées lors du pompage principal des épaves auxquelles s'ajoutent 1 200 tonnes lord du pompage de finition.

Dernière modification: 10/12/2000