Vous êtes dans :

Les hydrates de méthane

Contexte et définition

Dans le cadre de l'accident de la plate-forme Deepwater Horizon, la tentative avortée de la pose d'une chambre de confinement sur la fuite principale début mai 2010 est due à la formation de cristaux d'hydrates de méthane. L'aspect de ces deniers rappelle beaucoup la glace. Les molécules de méthane sont en fait piégées dans des "cages" constituées de molécules d'eau. Ce type de structure n'existe que dans des zones où règnent de fortes pressions et/ou des basses températures.
Des observations de terrain suggèrent qu'en milieu ouvert, les hydrates ne forment pas de structure visible de façon durable. Ce n'est que lorsqu'ils buttent sur un obstacle qu'ils forment des cristaux.

 

Structure moléculaire d'un hydrate de méthane
Structure moléculaire d'un hydrate de méthane

 

Localisation

Il existe deux grands types localisation pour les réservoirs naturels d’hydrate de méthane :
 - les réservoirs océaniques qui peuvent être situés dans les sédiments marins profonds ou bien au niveau des talus continentaux ;
 - les réservoirs continentaux qui se trouvent dans le permafrost des régions arctiques.

 

Risques liés à l'exploitation

Les hydrates de méthane stockés ainsi représentent une source d’énergie qui pourrait satisfaire les besoins de l’humanité entière pendant des milliers d’années.

Cependant, l'exploitation de tels gisements pose des problèmes environnementaux et sécuritaires. D’une part, avoir à sa disposition plus de méthane sous entend générer encore plus de rejets de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. D’autre part, les hydrates de méthane piégés doivent être manipulés avec beaucoup de précaution car si tout le gisement est relâché brusquement, il y a risque d’un dégazage massif.

Dernière modification: 28/05/2010