Vous êtes dans :

Castillo de Bellver

Nom
Castillo de Bellver
Date de l'accident
06/08/1983
Lieu
Afrique du Sud
Zone du naufrage
64 km au large de Table Bay
Zone du déversement
Pleine mer
Cause de l'accident
Explosion
Produit transporté
Pétrole brut léger
Quantité transportée
250 000 tonnes
Nature polluant
Pétrole brut léger
Quantité déversée
150 000 à 160 000 tonnes
Type de navire / structure
Pétrolier
Date de construction
1978
Longueur
334,02 m
Largeur
55,05 m
Tirant d'eau
3,00 m
Pavillon
Espagnol

L'accident

Le 6 août 1983, alors qu'il se trouve à environ 80 kilomètres au large de Table Bay (Afrique du sud) le pétrolier espagnol Castillo de Bellver transportant 250 000 tonnes de pétrole brut léger, prend feu après une explosion.

Le navire dérive au large des côtes, se brise en deux et provoque un déversement de 50 à 60 000 tonnes de pétrole brut léger. Dans un premier temps, la section arrière du Castillo de Bellver chavire et sombre le 7 août en eaux profondes à 36 kilomètres au large des côtes, avec 100 000 tonnes de pétrole restant dans les réservoirs. Dans un second temps, la section avant est remorquée loin de la côte et finalement coulée avec l'utilisation d'explosifs.

Le lieu de l'accident est une zone écologiquement et économiquement sensible car, on y trouve une faune et une flore riches. Elle comporte une importante population d'oiseaux de mer. De plus, 50% des prises de homards et de poissons sud africaines se font dans cette zone qui constitue un important lieu de reproduction pour les poissons.

Lutte

Les conditions météorologiques sont favorables à la lutte antipollution, si cela n'avait pas été le cas la situation aurait pu devenir désastreuse pour l'environnement. L'épandage de 230 m3 de dispersant dilué et de 4 m3 de dispersant concentré au niveau du front de la nappe, permettent d'éviter que celle-ci n'approche à moins de 32 kilomètres des côtes.

Impacts

Les vents dominants ont poussé la nappe au large ; ainsi la pollution côtière a été très faible. D'après les analyses menées sur des prélèvements de sédiments, de plancton et d'eau aucune présence anormale d'hydrocarbure n'a pu être mise en évidence. De plus, les impacts sur la pêche et les effets environnementaux sont négligeables.

Sources :

- HOOKE, Norman, 1997, Maritime Casualties 1963-1996, second edition, LLP Limited, Londres
- Anton Moldan, 1997, Response to the Apollo sea oil spill, South africa
- Alain R. Bertrand, 1951-1999, Transport maritime et pollution accidentelle par le pétrole
- www.itopf.com

Dernière modification: 11/06/2010