Vous êtes dans :

Bow Eagle

Nom
Bow Eagle
Date de l'accident
26/08/2002
Lieu
France
Zone du naufrage
Au large de l'Ile de Sein, Finistère
Zone du déversement
Pleine mer
Cause de l'accident
Collision
Nature polluant
Acétate d'éthyle et cyclohexane
Quantité déversée
200 tonnes
Type de navire / structure
Chimiquier
Date de construction
1988
Pavillon
Norvégien
Propriétaire
Odfjell Asa

Lundi 26 août 2002, en milieu d'après-midi, le chimiquier norvégien Bow Eagle, en provenance du Brésil et faisant route vers Rotterdam, signale au Centre Régional Opérationnel de Surveillance et de Sauvetage (CROSS) de Jobourg une brèche sur son flanc bâbord. L'avarie a entraîné une voie d'eau et une perte de 200 tonnes d'acétate d'éthyle.

Alertée, la préfecture maritime de Manche-Mer du Nord, mobilise des moyens aériens et maritimes d'intervention (voir le dossier Cistude / Bow Eagle sur le site de la Marine nationale) ainsi que les spécialistes du laboratoire d'analyses de la Marine (LASEM) et le PC intervention du Cedre pour une information sur les risques de pollution.

La préfecture maritime de l'Atlantique, qui recherche le navire abordeur du chalutier Cistude, établit en même temps un lien possible entre l'avarie et cet abordage. Ce terrible drame de mer, difficilement concevable au large des côtes françaises (4 marins morts par délit de fuite du navire abordeur), ne sera pas développé ici. Le lien a été maintenant établi par les aveux de deux marins du Bow Eagle et nos pensées vont vers les familles des morts. Ce dossier ne traitera donc que de notre domaine de compétences, le risque de pollution marine, heureusement beaucoup moins dramatique.

Les exemples de pollutions suite à des abordages entre navires citernes et navires de pêche sont nombreux, avec parfois des conséquences lourdes (voir notre dossier « Les abordages impliquant des bateaux de pêche »). Le risque de pollution est donc pris en compte avec rigueur.
Les bases de données confirment rapidement que l'acétate d'éthyle est un solvant incolore et volatile, d'odeur perceptible, très évaporable dans l'air et modérément soluble dans l'eau, utilisé dans de nombreuses applications, en particulier la préparation de vernis, laques, encres et diluants, souvent en substitut de la méthyl-éthyl-cétone (voir dossier du Ievoli Sun). C'est un liquide très inflammable, dont les vapeurs peuvent dans certaines conditions former des mélanges explosifs avec l'air, l'eau étant susceptible de favoriser la propagation d'un incendie déclaré. Il y a donc de toute évidence des précautions élémentaires à respecter pour l'équipe d'évaluation qui se rendra à bord. Une inspection attentive s'impose avant d'envisager toute entrée du navire dans un port.

Le danger de pollution marine est par contre pratiquement inexistant. La base de données du groupe d'experts sur les aspects scientifiques de la protection de l'environnement marin (GESAMP) de l'organisation maritime internationale l'établit clairement.

 Notation GESAMP de l’acétate d'éthyle

A : Bio-accumulation et altération du goût des produits de la mer

Pas de bio-accumulation ou d'altération du goût mis en évidence

B : Damage aux ressources vivantes

Pratiquement non toxique

C : Danger pour la santé humaine en cas d'ingestion

Sans risque

D : Danger pour la santé humaine en cas de contact avec la peau et les yeux ou d'inhalation

Non irritant

E : Atteintes aux sites littoraux

Sans risque

Transmises aussitôt à la préfecture maritime de la Manche et de la Mer du Nord, ces informations contribuent, avec la possible implication du Bow Eagle dans le drame du Cistude et des assurances reçues de l'armateur, à la décision prise par le Préfet maritime de ne pas laisser le navire poursuivre sa route, sans le faire entrer dans un port français.

Mardi 27 août, des informations complémentaires viennent préciser la situation en matière de risque de pollution.

La fuite sur la cuve d'acétate d'éthyle est maîtrisée : le produit a été transféré vers une autre cuve et des travaux de colmatage de la brèche sont en cours. Mais le navire transporte neuf produits différents (voir notre dossier « Le chargement d'un chimiquier »), dont deux sont des polluants sévères (benzène, toluène). Il y a une brèche dans la paroi d'une cuve jouxtant celle fuyarde d'acétate d'éthyle. Cette autre cuve contient du cyclohexane. A la demande de la préfecture maritime, un chimiste du Cedre rejoint Cherbourg. Dans le même temps, il apparaît que l'armateur norvégien du navire est une société réputée, ODFJELL second armateur mondial du transport de produits chimiques, assurée auprès du Protection & Indemnity Club Gard, un club de premier rang.

Le cyclohexane est un produit très évaporable, aux vapeurs trois fois plus denses que l'air. En cas de fuite, un nuage gazeux inflammable et irritant sera poussé par les vents à la surface de l'eau.

Le cyclohexane peut être une source de dommages pour les ressources marines vivantes en cas de déversement brutal. Par ailleurs, le cocktail de produits que contient le navire fait aussitôt imaginer ce que pourrait être l'effet d'un échouement accidentel sur la côte (voir le dossier du Cason sur ce site, rubrique accident) ou en entrée portuaire.

 Notation GESAMP du cyclohexane

A : Bio-accumulation et altération du goût des produits de la mer

Pas de bio-accumulation ou d'altération du goût mis en évidence

B : Dommage aux ressources vivantes

Modérément toxique

C : Danger pour la santé humaine en cas d'ingestion

Pratiquement sans danger

D : Danger pour la santé humaine en cas de contact avec la peau et les yeux ou d'inhalation

Risque d'irritation des yeux, de démangeaisons, de lésions pulmonaires ou percutanées ...

E : Atteintes aux sites littoraux

Peu d'effet, plages utilisables ...

Sur instruction du préfet maritime, le navire transite de nuit vers Dunkerque, sous escorte d'un patrouilleur de la gendarmerie maritime. Il mouille au matin du 28 août dans la zone d'attente devant le port, qui n'est pas équipé pour traiter sa cargaison dans des conditions de sécurité assurée. Une équipe d'évaluation et des officiers de police judiciaire se rendent à bord. Deux marins avouent avoir eu conscience de l'abordage et n'avoir rien dit. Le représentant de l'armement reconnaît les faits. En milieu d'après midi, le Bow Eagle est autorisé à appareiller vers sa destination, Rotterdam.
 
 Il n'y a pas eu de pollution notable, mais un risque de pollution géré avec la plus grande rigueur.
 
 Deux caractéristiques de ce dossier sont par ailleurs à retenir en retour d'expérience : les produits chargés à bord d'un chimiquier peuvent être nombreux et divers, les abordages entre navires de pêche et navires de commerce peuvent aussi être des sources de pollutions.

Liens

Dernière modification: 08/02/2007

Liens externes

Acétate d'éthyle, Fiches Internationales de Sécurité Chimique, Department of Health and Human Services, USA

Cyclohexane, Fiches Internationales de Sécurité Chimique, Department of Health and Human Services, USA