Vous êtes dans :

Études du comportement de produits chimiques

Le Cedre réalise des études sur le comportement de substances chimiques en mer. Les résultats de ces tests permettent de définir les techniques de lutte les plus adaptées à mettre en place ainsi que les mesures de sécurité à respecter en cas d’intervention sur zone.

Les études de comportements de produits chimiques visent à prédire leur évolution en conditions réelles et à en évaluer les modifications des propriétés physico-chimiques. Au Cedre, ces expérimentations sont menées à l’échelle pilote de manière à réaliser des évaluations les plus réalistes possibles.

 

Contexte des études de comportement

Le risque de déversements accidentels en mer de Substances Nocives et Potentiellement Dangereuses (SNPD ou HNS, Hazardous and Noxious Substances) reste préoccupant en raison du trafic maritime en expansion, des nouvelles voies maritimes empruntées (passage du nord-ouest et du nord accessibles plus tôt dans l’année) et de la situation économique actuelle ne favorisant pas les investissements dans l’entretien des navires. Pour répondre aux cas d’urgence accidentelle, la connaissance du devenir du (ou des) produit(s) impliqué(s) dans l’évènement est indispensable afin de gérer les risques associés (pour les intervenants, les populations et l’environnement) et d’adapter les techniques à déployer. Par exemple, les risques de formation de nuages nocifs ou explosifs dans l’air, ou les changements potentiels d’état de la nappe à la surface doivent être connus et anticipés.

Actuellement, ce devenir est déduit de façon théorique à partir du code SEBC (Standard European Behaviour Classification défini lors de l'accord de Bonn (Bonn Agreement, 1994)) qui offre une première indication sur le comportement des produits à partir de leurs propriétés physico-chimiques. Il en ressort une prévision de comportement uniquement basée sur des tests de laboratoire qui ne prennent en compte ni l’influence des paramètres environnementaux, comme la salinité de l’eau, la température, l’agitation de surface, l’impact du vent et de l’ensoleillement… ni la compétition entre les différents phénomènes qui caractérisent ce comportement (dissolution, évaporation…), ni la réactivité intrinsèque du produit comme son caractère explosif ou sa capacité à polymériser.