Vous êtes dans :

Caractéristiques physico-chimiques

Le Cedre réalise dans son laboratoire diverses caractérisations physico-chimiques : point d’éclair, densité, viscosité, teneurs en asphaltènes et paraffines…

Point d’éclair

Le point d’éclair est mesuré selon la norme ISO 13736:2008 « Determination of Flash Point - Abel Closed Cup method » (norme équivalente à l’IP 170) sur les échantillons de pétrole étêtés à 150, 200 et 250°C, ainsi que sur le résidu photo-oxydé.

Ce paramètre est mesuré jusqu’à une température maximale de 100°C imposée par la méthode (ou par les échantillons en cas de teneur en eau élevée), valeur limite qui semble suffisante en termes de risque d’inflammation des nappes de pétrole lors des opérations de lutte.

 

Densité

La densité des échantillons de pétrole, qu’ils soient émulsionnés ou non, est mesurée selon la méthode ASTM D70-09e1 « Standard Test Method for Specific Gravity and Density of Semi-Solid Bituminous Materials (Pycnometer Method) ».

 

Viscosité

La viscosité des échantillons de pétrole, émulsionnés ou non, est mesurée à 25°C à l’aide d’un viscosimètre Haake VT 550, à des taux de cisaillement donnés (10, 20, 50 et 100 s-1). Le viscosimètre est calibré par une huile de référence à chaque série de mesures.

 

Asphaltènes et paraffines

Les teneurs en asphaltènes sont déterminées selon la norme IP-143/90 "Asphaltenes (Heptane Insolubles) in Crude Oil and Petroleum Products”.

Cette méthode gravimétrique doit être appliquée à des échantillons ne contenant pas de fractions légères. Dans le cas contraire, la mesure est effectuée après distillation à 250°C (ou par simple évaporation) puis est rapportée à l’échantillon initial en tenant compte du taux d’évaporation.

Les paraffines sont mesurées sur le même résidu après précipitation des asphaltènes (les mesures effectuées directement sur le résidu sont susceptibles de conduire à une co-précipitation des asphaltènes et des paraffines).

Le protocole, qui a été décrit par Bridié et al. en 1980 [1], consiste en une précipitation dans un mélange MEC (méthyléthylcétone) : DCM (dichlorométhane) dans les proportions 1:1 à  -10°C.

 

[1]  Bridié A.L., T.H. Wanders and W.V. Zegweld, H.B. den Heijde. 1980. Formation, Prevention and Breaking of Seawater in Crude Oil Emulsions, Chocolate Mousse. Marine Poll. Bull., vol 11, pp. 343-348.