Biodégradabilité

Simulation du processus de biodégradation et évaluation de la biodégradabilité.

Dans un bécher de 5 litres contenant 4 litres d’un milieu adapté à la biodégradation, sont ajoutés environ 5 grammes de pétrole brut ainsi que des micro-organismes adaptés à la dégradation des hydrocarbures (ensemencement à partir de quelques grains de sable de la plage du Cedre et contenant moins de 1 mg de pétrole).

Le milieu est préparé selon les recommandations de la norme AFNOR NFT 90-347 « Essais des eaux – Produits dispersants - Evaluation en milieu aqueux de l’action inhibitrice sur la biodégradabilité du pétrole ». Il est à noter que cette norme est appliquée dans le cadre de la procédure de validation des dispersants et vise à évaluer la biodégradation de l’huile dispersée.

L’expérimentation dure un mois et, à l’issue de cette période, le pétrole persistant est extrait au dichlorométhane, séché sur sulfate de magnésium puis analysé.

Les échantillons biodégradés extraits après un mois d’essai sont analysés par chromatographie en phase gazeuse à haute température couplée à un détecteur à ionisation de flamme (HTGC-FID).

Cette méthode permet une analyse globale de l’huile, des fractions légères (autour de 10 atomes de carbone) jusqu’à l’équivalent de résidus de distillation sous vide (90 à 100 carbones). Le pétrole est analysé avant et après biodégradation, et les deux réponses analytiques sont normalisées sur la fraction C50-C90 présumée stable car réfractaire à la biodégradation.

La comparaison des quantités d’hydrocarbures ainsi calculées permettent d’estimer le taux maximum de biodégradation ou biodégradabilité.