Vous êtes dans :

Pollution marine en Corse

Le Cedre est sur place

Le 11 juin 2021, vers midi, une pollution marine par hydrocarbures est repérée au cours d’un exercice mené par la base aérienne de Solenzara, à l'est de la Corse, en Méditerranée. Cette pollution est confirmée par un Falcon 50, avion de la Marine nationale. Deux nappes distinctes d'une longueur d'environ 35 km sont observées à 9 km de la côte est, dans le secteur d’Aléria et Solenzara.

Les images analysées conjointement par le Cedre et le Ceppol permettent de conclure à une pollution par hydrocarbures lourds. Des prélèvements dans la nappe sont effectués. Cette pollution résulte vraisemblablement d'un rejet illicite, la taille et la nature des produits ne permettent pas d'espérer une dilution naturelle et nécessitent donc d'engager des unités et du matériel spécifique antipollution.

Les moyens d'intervention, aériens et maritimes, sont rapidement mobilisés par le préfet maritime de la Méditerranée en coordination avec les services des préfectures de Haute-Corse et de Corse-du-Sud dont :

  • au nord, le BSAA (Bâtiment de Soutien et d'Assistance Affrétés  Jason, avec du matériel antipollution à bord dont un chalut et une vedette des Affaires maritimes Mimosa avec un chalut,
  • au centre, une vedette des Douanes françaises avec un chalut,
  • au sud, un remorqueur le Altagna avec un chalut et le BSAA (Bâtiment de Soutien et d'Assistance Affrété) Pionnier avec du matériel antipollution à bord,
  • deux hélicoptères, un Puma et un Dragon 2A et un avion Falcon 50.

Le 12, le préfet de Haute-Corse active le plan POLMAR-Terre et après des reconnaissances à terre de la pollution par les gendarmes et les pompiers, des boulettes d'hydrocarbures sur certaines plages dont celle de Solenzara, sont ramassées. Environ 25 km de plage sont fermés par précaution dès le samedi.

Les nappes dérivent vers le sud et se fragmentent peu à peu. Les opérations de récupération de la pollution par chalutage ont eu lieu, guidées par les moyens aériens, prenant en charge la reconnaissance des hydrocarbures à la surface de la mer.  Dès le 13, quelques quatre tonnes de polluant sont ainsi récupérées sur la zone.

Le 13, l’interdiction de pêcher, levée pour la Haute-Corse, est par contre maintenue dans les eaux de la Corse-du-Sud.

Mobilisation du Cedre par la préfecture d’Ajaccio dans la soirée du dimanche 13 juin. Arrivés à Porto-Vecchio le 15 juin, deux représentants du Cedre ont mené leurs premières reconnaissances à terre et en frange littorale dans la journée.

Le 14, la porte-parole de la préfecture maritime de la Méditerranée indique que "la majeure partie de la nappe a été récupérée mais on est incapable de dire combien il en reste et ce qui va arriver sur la côte" précisant "la présence de particules de plus en plus fines et de moins en moins repérables par avion". Le dispositif de lutte antipollution : mer, air et terre est maintenu afin de détecter le plus rapidement possible d’éventuels autres dépôts.

L'essentiel des dépôts repérés au large de la Corse avait été récupéré le 15 et les plages sont rouvertes dans le nord de l'île, même si la menace subsiste sur le sud et notamment sur Porto-Vecchio et Bonifacio.

Une enquête judiciaire ouverte par le parquet de Marseille, est confiée à la gendarmerie.

 

Communiqués de presse de la préfecture maritime de la Méditerranée.

Communiqués de presse de la préfecture de Haute-Corse.

Communiqués de presse de la préfecture de Corse-du-Sud.

Dernière modification le 16/06/2021
Ce site utilise des services tiers qui utilisent des cookies ou des technologies similaires, pour collecter des informations à des fins statistiques ou pour proposer du contenu en rapport avec vos centres d'intérêts.