Vous êtes dans :

Macrodéchets et microplastiques

Les déchets, en particulier les plastiques, s’accumulent depuis plusieurs décennies dans les océans. Ils y subissent différents processus de dégradation conduisant à leur fragmentation en particules de petites tailles. Les microplastiques (mP) sont définis comme les fragments de taille inférieure à 5 mm. Les études récentes montrent que les mP sont omniprésents dans tous les compartiments océaniques (eau, sédiments, organismes). Il est fort probable que la fragmentation des plastiques ne s’arrête pas aux mP et génère également des particules de tailles inférieures au µm : les nanoplastiques (nP).

 

 

 

Les déchets plastiques peuvent contenir certains constituants et additifs toxiques, adsorber et concentrer les polluants organiques persistants (POP) présents dans l’eau, ils peuvent aussi être ingérés par des organismes marins et entraîner des effets sur leur santé.

Aujourd’hui, de nombreuses incertitudes scientifiques persistent quant aux comportements, devenirs et impacts de ces déchets plastiques dans l’environnement marin et leur accumulation préoccupe l’opinion publique d’autant plus que les effets de cette accumulation sur les écosystèmes marins sont encore peu documentés.

Mandaté par la Direction de l’Eau et de la Biodiversité (DEB) du Ministère de la Transition Écologique et Solidaire (MTES), en tant que pilote national « Déchets sur le littoral » pour la Directive Cadre Stratégie pour le Milieu Marin (DCSMM), d’une part et, délégué national au sein du groupe de correspondance ICG-ML (Intersessional Correspondence Group on Marine Litter) de la Convention OSPAR, d’autre part, le Cedre est opérationnellement impliqué depuis 2009 dans la problématique des déchets dans l’environnement marin. C’est à ce titre, d’une part, et en raison de sa capacité analytique et expérimentale, d’autre part, que le Cedre a été amené à élargir son activité de recherche à l’amélioration des connaissances sur la pollution de l’environnement marin par les déchets.

Dans le cadre de cette thématique, le Cedre est impliqué dans plusieurs activités :

  • Évaluation de la pollution des macrodéchets sur le littoral de France métropolitaine, dans le cadre des programmes internationaux de surveillance OSPAR (mécanisme par lequel quinze gouvernements et l'Union européenne, coopèrent pour protéger l’environnement marin de l’Atlantique du Nord-Est) et plus particulièrement le programme DCSMM, descripteur D10. Déchets marins, sous- programme 1 : Déchets sur le littoral. Cette action vise à recenser les quantités, la nature, les sources et la répartition spatiale des déchets de taille supérieure à 5 mm (appelés macrodéchets) sur le littoral français à partir des données issues du réseau national de surveillance OSPAR/DCSMM des déchets sur le littoral.

 

 

 

  • Évaluation des microplastiques sur le littoral de France métropolitaine, dans le cadre du programme international de surveillance DCSMM, descripteur D10. Déchets marins, sous-programme 4, microparticules sur le littoral. Le Cedre a développé un protocole de suivi des microplastiques sur les plages, dans le but d’évaluer leur quantité, leur nature et leur répartition spatiale sur les plages de sable. Un réseau de surveillance nationale est en cours de création et les suivis doivent démarrer en 2019.

 

 

 

Par ailleurs, le Cedre est impliqué dans des projets de recherche visant à mieux comprendre le comportement, le vieillissement et l’impact des déchets dans l’environnement marin dont :

1. L’étude de la contamination, du vieillissement et de l’impact sur des organismes marins (poissons et invertébrés) des mégots de cigarettes, action réalisée dans le cadre du projet CleanAtlantic.

 

 

2. L’étude de la contamination et de l’impact du polystyrène expansé dans l’environnement marin, action réalisée dans le cadre du projet OceanWise. Plus connu sous le terme de PSE, le polystyrène expansé, du fait de ses propriétés, est utilisé pour fabriquer des caisses à poissons, des barquettes alimentaires, des plaques isolantes pour la construction de bâtiments…

 

 

 3. L’étude des microplastiques comme vecteur de contaminant, via d’une part, l’analyse de contaminants potentiellement présents sur les microplastiques et/ou contenus dans la matière plastique (constituants, additifs…) et d’autre part, l’analyse du transfert de ces contaminants vers les organismes marins en cas d’ingestion.

Dernière modification le 11/12/2018
Ce site utilise des services tiers qui utilisent des cookies ou des technologies similaires, pour collecter des informations à des fins statistiques ou pour proposer du contenu en rapport avec vos centres d'intérêts.